SPORT //FOOTBALL //NATIONAL
2 octobre 2013
Agents de joueurs : Vers un assainissement

L’association camerounaise d’agents de joueur (Acaj) qui vient d’être créer veut réguler leur secteur d’activité et contribuer à la relance du football local.

Les agents de joueurs posent avec Roger Milla le vendredi 27 septembre / (c) 237sports.com / Sylvestre Kamga

L’Assemblée générale constitutive et élective de l’Association camerounaise d’agents de joueur (Acaj) a eu lieu le 13 septembre dernier, et la présentation de son bureau s’est tenue  vendredi dernier à Yaoundé, dans l’un des salons de l’hôtel Djeuga Palace. Les membres du bureau ont été élus pour un mandat de quatre ans. Dorénavant, seuls les agents Fifa, licenciés par la Fecafoot vont pouvoir exercer pleinement leur activité au Cameroun. L’Acaj a été créée à cet effet, avec comme objectif principal de trouver une carrière professionnelle aux jeunes joueurs camerounais et leur permettre d’atteindre leurs objectifs dans le monde du football moderne.

Après avoir fait un diagnostic de l’état du football camerounais par son secrétaire général  Christian Mbongo, le président de cette association, Maxime Nana a fixé les objectifs recherchés : « L’activité d’agents de joueur revêt le statut d’utilité publique et dans cette période trouble, nous pensons que le football camerounais doit être construit à partir des principes simples comme le travail, l’écoute et la discipline. Les agents des joueurs en tant que conseils des futurs talents de demain ont un rôle d’éducation auprès des jeunes afin que ces derniers puissent à terme représenter de manière digne la nation. Notre responsabilité est de former, de conseiller, d’éduquer nos jeunes footballeurs, pour qu’ils deviennent des hommes responsables et matures sur et en dehors des terrains car pour les plus talentueux d’entre eux, ils symboliseront les valeurs du Cameroun à travers les différentes sélections nationales et leurs clubs ».

Les défis sont énormes pour la nouvelle association. Mais la principale bataille vise à faire le tri dans ce corps de métier. « Nous allons nous séparer de ces concurrents déloyaux, qui infectent la profession et qui rendent tous les agents de joueurs suspects. On doit pouvoir identifier de façon claire, qui est un agent licencié et qui ne l’est pas », averti Robert Nkuimy, vice-président de l’Acaj. Relever ce défi va permettre non seulement d’avoir un environnement sain, mais aussi « avoir avec nous, toutes les conditions nécessaires pour que nos joueurs talentueux émergent. Nous allons mettre à jour un fichier d’agents de joueurs camerounais. On est conscient des difficultés que nous pourront rencontrer, d’où l’utilité de cette association », croit-il.

Souvent dans l’ombre des joueurs, les agents des joueurs sont pourtant quasi indispensables dans le football actuel. Gérer au mieux les intérêts mais aussi l’image des joueurs, voici certaines de leurs attributions. Pour cela, avoir des connaissances en droit, en marketing, en relations publiques, en gestion et bien évidemment en sport est primordial. Dans ce business, certains s’en sortent très bien, à l’image du président d’Acaj Maxime Nana qui a dans son écurie, Nicolas Nkoulou, Vincent Aboubakar, Edgard Salli, Benjamin Monkandjo et bien d’autres. Quoi qu’il en soit au Cameroun, ils sont actuellement 16 à détenir la fameuse licence délivrée après examen par la Fecafoot.

Par Emile Zola Ndé Tchoussi

Les 16 agents de joueurs camerounais licenciés à la Fecafoot

Maxime Nana, Edgar Nuentsa, Robert Nkuimi Wandji, Christian Mbongo,  Cédric Chevaly, Mme Douala Mouteng, née Germaine Mbara Angandji, Alain Mabou, Clotaire Mahop, Claude Ngabipou Ngabipou ; Abel Donald  Ngallé Ngallé, Olivier Samuel Tonje  et Joseph Youanchi, Yves Laurent Nlend Nguidjol, Olivier Noah, Fridolin Ntsengue Kana et Sighe Kankeu.

Laisser un commentaire

*
autres articles
restez connecte a 237SPORTS
sur facebook34 Likes
sur twitter abonnés
basket //
cyclisme //
sports de combat //